Mali : les chefs de l'armée sanctionné après le massacre de 130 Peuls

Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'attaque s'est produite en pleine visite du Conseil de sécurité de l'ONU au Mali et au Burkina Faso voisin.Le gouvernement malien a dissous ce dimanche une milice de chasseurs dogons et sanctionné les chefs de l'armée, au lendemain du massacre de quelque 130 Peuls dans le centre du pays. 

 

Cette tuerie, la plus sanglante depuis la fin des principaux combats de l'opération lancée en 2013 à l'initiative de la France - afin de chasser les groupes djihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du pays - s'est produite en pleine visite du Conseil de sécurité de l'ONU au Mali et au Burkina Faso voisin. 

Dissolution d'une association de chasseurs

 

Depuis l'apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe djihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé leurs propres "groupes d'autodéfense". Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l'ONU. 

Le président Ibrahim Boubacar Keïta a réuni dimanche un Conseil des ministres extraordinaire "pour annoncer la dissolution de l'association (de chasseurs dogons) 'Dan Nan Ambassagou' pour dire clairement aux uns et aux autres que la protection des populations restera le monopole de l'Etat", a déclaré à la presse le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga. 

 

Ce dernier a également annoncé "la nomination de nouveaux chefs militaires", après le limogeage du chef d'état-major général des armées, M'Bemba Moussa Keïta, et de ceux de l'armée de Terre et de l'Air. Le nouveau chef d'état-major des armées est le général Abdoulaye Coulibaly, selon un communiqué du gouvernement. 

Attaque imputée à des chasseurs dogons

Les sanctions contre les chefs de l'armée surviennent aussi après une attaque djihadiste le 17 mars contre un camp de l'armée à Dioura (centre) au cours de laquelle 26 soldats, selon un dernier bilan de source militaire, avaient été tués. 

Une délégation comprenant plusieurs ministres, dont ceux de la Justice et de la Santé, et des responsables militaires, est arrivée en fin de matinée à Ogossagou-Peul, théâtre du massacre, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, selon un élu local. 

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'était déclaré dimanche "choqué et outré" par ce massacre évoquant un bilan d'au moins 134 civils tués, "y compris des femmes et des enfants". 

 

Ce bilan de 134 morts, dans l'attaque survenue samedi à l'aube et imputée à des chasseurs dogons présumés, a également été avancé par l'association de défense des droits des populations pastorales Kisal et un élu local. Dans le village, des corps étaient encore en train d'être ramassés dimanche, selon des témoins. Et des habitants des environs demandaient à être évacués, par crainte de nouvelles attaques. 

"Crime odieux"

L'attaque d'Ogossagou-Peul est survenue six jours après un attentat djihadiste à Dioura, dans la même région du centre mais beaucoup plus au nord. 

Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance djihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda a justifié l'opération de Dioura par les "crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls". 

Parmi les tués d'Ogossagou-Peul figuraient "des éléments peuls du DDR cantonnés dans le village", avait indiqué samedi le préfet de Bankass, Boubacar Kané. Il faisait référence à l'extension au centre du pays depuis le début de l'année du processus de "désarmement, démobilisation et réinsertion" (DDR) prévu par l'accord de paix de 2015 pour les combattants de groupes armés du Nord.

 

Pour une "une commission d'enquête indépendante"

La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), signataire de cet accord, a appelé dans un communiqué "à la cessation immédiate de ces massacres qui s'apparentent à un véritable pogrom orchestré". 

De son côté, la coalition des groupes pro-gouvernementaux également impliqués dans l'accord de paix, a condamné ce "crime de masse", exigeant "une commission d'enquête indépendante". Ces groupes ont également réitéré "leur invitation au gouvernement et aux frères de la CMA sur l'absolue nécessité du dépassement de toutes leurs divergences pour ensemble sécuriser les populations conformément aux engagements pris par tous", en référence aux divergences entre signataires sur l'application de l'accord. 

Dans un rapport publié le 5 mars, le secrétaire général de l'ONU affirme que "les six derniers mois ont enregistré davantage d'avancées que le reste de la période écoulée depuis la signature de l'Accord en 2015", grâce selon lui à "la pression internationale, notamment la perspective de sanctions". Mais "la menace, qui continue de se propager du nord vers le centre du Mali, détourne l'attention de l'Accord et en complique la mise en oeuvre", souligne-t-il, citant "l'expansion des groupes extrémistes, qui exacerbe les violences intercommunautaires, la multiplication des explosions touchant les forces de sécurité et les civils et l'accroissement du nombre de personnes déplacées". 

 

Lu 13399 fois Dernière modification le Dernière modification le mars 25 2019

Recent Twitter Posts

 

A propos de Africa Times Magazine

Élément de communication tourné vers l’extérieur, AFRICA TIMES MAGAZINE est un bimestriel généraliste qui traite donc de tous les sujets brûlants de l’actualité en Afrique et dans le
monde » ; C’est un magazine qui revendique un rôle éducatif, ludique et social.
AFRICA TIMES , c’est votre magazine qui tentera de vous communiquer des analyses pointues de différents experts multi-sectoriels.

Plus de détails